Sept signaux d’un travail toxique !

Sept signaux d’un travail toxique (selon hashtag#Maddyness.)

1-Vous avez peur de dire la vérité durant une réunion.

2-Vous ne pouvez pas prendre une décision sans la validation de cinq personnes différentes.

3-Vous recevez des mails la nuit et le week-end… et vous êtes supposé répondre.

4-Vous prenez une grande bouffée d’oxygène tous les matins avant de partir travailler.

5-Vous recevez un texto de votre patron tous les matins (avant le café).

6-Vous ne suivez pas vos routines quotidiennes.par exemple vous ne faites plus de sport !

7-Votre chef ne vous défend pas. Si tout ces signaux sont au rouge, il est peut être temps d’examiner de nouvelles options.

Vive la vulnérabilité ! (suite) #coaching.

Dans le dernier article, je vous parlais de la vulnérabilité que je retrouve souvent lors de coaching avec des dirigeants d’entreprise.

Aujourd’hui, je voudrais compléter mon propos en vous expliquant à quel point les équipes, elles aussi, tirent leur force de cette vulnérabilité. 🙂 À l’instar du coaching individuel, dans le processus de coaching d’équipe, tout commence par la reconnaissance de la fragilité. Cette première étape, indispensable pour créer la confiance au sein d’une team, permet d’atteindre de très hauts niveaux de performances ! En reconnaissant cet état, les équipes dépassent la phase « lune de miel », et acceptent que des tensions entre les individus soient possibles, et même qu’une forme de chaos s’installe. L’émergence de la tempête est toujours une bonne nouvelle car elle signifie que l’équipe est en train d’abandonner ses accords de façade pour entrer dans un travail de cœur à cœur. Et c’est là qu’entre en jeu le processus de coaching car il permet d’accueillir au mieux ces phénomènes de groupe bien connus !

Si vous et votre équipe avez besoin de soutien pour entrer dans cette profondeur courageuse qui produit toujours compassion et confiance, n’hésitez pas à me contacter 🙂

Vive la vulnérabilité !

Et si nous parlions vulnérabilité ? Lors de séance de coaching, je suis très souvent touché par la vulnérabilité des dirigeants d’entreprises… Qu’il est intéressant de saisir dans un mouvement de tête ou dans un regard la vulnérabilité qui fait signe alors que ces hommes et femmes, fiers, se veulent capitaines parfaits de leur navire. Mais pourquoi renier cet état alors que si nous apprenons à l’accueillir il devient notre plus grande force ? Accepter sa vulnérabilité c’est oser avoir peur, savoir s’affirmer, faire le pari de ses émotions et accepter d’être soi-même devant l’autre ! Un grand défi pour les coachés et les coachs ! J’aime appeler les dirigeants qui entrent dans le club des vulnérables : « les dirigeants nus ». Ce sont souvent de grands leaders en devenir car en se libérant, ils libèrent les autres en même temps. En acceptant ce qu’ils pensaient auparavant comme une faiblesse, ils ouvrent la porte de la bienveillance, de la gratitude et de la joie.

Bref, c’est également ce que je vous propose d’expérimenter lors de mes séances de coaching au sein de JD Executive. Et si vous n’êtes pas encore convaincus de son pouvoir, je vous recommande de regarder ce TED de Brene Brown -> https://lnkd.in/ddVxFur 😉

Vous vous sentez victime ?

Vous est-il arrivé de vous sentir victime ? Si oui, peut-être étiez-vous alors égaré dans le triangle de Karpman 🙂 ?

Laissez-moi vous expliquer… Le triangle de Karpman ou triangle dramatique met en exergue trois rôles interchangeables que nous sommes tous capables d’endosser dans nos rapports aux autres : la victime, le persécuteur et le sauveur. C’est un système relationnel dynamique, ce qui signifie que si vous prenez le rôle delà victime, il est probable que vous puissiez tout à coup vous retourner et devenir le persécuteur ou le sauveur. Lorsque les individus adoptent ces rôles plutôt que de laisser exprimer leurs émotions et idées, ils s’enferment dans une communication perturbée et difficile ! C’est pourquoi, réussir à identifier ce type de situation est essentiel pour éviter les relations toxiques et rétablir une communication saine. Sans oublier que tenter de s’échapper de ce triangle dramatique en y posant un regard objectif évitera d’être soi-même manipulé. Au grès de mes accompagnements, au sein de JD Exécutive, je vois souvent apparaître le triangle dramatique. Et puisque l’identifier est une vraie opportunité de progrès, si vous en avez besoin, n’hésitez pas à me contacter 🙂

Important ? Urgent ? Comment gérer vos priorités ?

Du mal à gérer vos priorités et à distinguer les tâches que l’on vous présente comme « urgentes » de celles qui sont importantes ? Alors la matrice d’Eisenhower va peut-être vous donner des pistes organisationnelles afin d’améliorer votre productivité ! 🙂

Si par définition les tâches urgentes requièrent notre attention immédiate, elles ne contribuent en revanche pas forcément au bon développement et à la réalisation de nos objectifs à long terme. Pour faire simple, activité urgente ne rime pas forcément avec importante, et inversement… 😉 Identifier, puis classer l’ensemble de vos tâches dans un tableau constitué de quatre quadrants, telle est la méthode développée sur la base de la célèbre citation du 34ème président des Etats-Unis. Cette technique de gestion du temps permet de gérer les priorités dans un monde où il est de plus en plus complexe de différencier ce qui est urgent de ce qui est important.

Alors n’hésitez plus à intégrer la matrice d’Eisenhower avant la réalisation de vos tâches…. Votre vie professionnelle n’en sera que plus saine et sereine ! 🙂

Prise de poste : 6 erreurs à ne pas commettre ! #coaching

Vous êtes sur le point de prendre un nouveau poste à responsabilités ou vous avez pris récemment une telle fonction ? Et bien félicitation ! Et comme une prise de poste s’accompagne toujours de nouveaux défis et de (grands) changements, j’avais aujourd’hui envie de vous donner quelques pistes pour que cette expérience se passe au mieux 🙂

Dans ces moments clés de la vie professionnelle, nous sommes très souvent pris dans un mélange de stress et d’enthousiasme… C’est tout à fait normal ! Nous avons parfois tendance à laisser parler notre spontanéité sans prendre le recul nécessaire avant d’agir ou de dire les choses à nos équipes. Croire qu’il faut toujours être disponible, essayer de tout mener de front, ne pas acquérir de vision systémique ou encore ne pas établir de cadre clair… sont autant d’erreurs qu’il est possible de commettre.

C’est pourquoi vous trouverez ci-dessous 6 sujets que je propose à mes coachés lors de séances autour de la prise de poste. L’idée est simple : les accompagner au mieux dans la direction qu’ils souhaitent prendre ! Et vous qu’en pensez-vous ? Quels seraient options supplémentaires que vous recommanderiez ? 🙂

Coaching : 3 leviers pour changer !

Lorsque Edgard Faure (ce n’est pas d’hier !) s’est risqué à une reforme de l’éducation nationale, il a fait cette déclaration restée dans les anales : « en décrétant le changement, l’immobilisme s’est mis en marche et je ne sais plus comment l’arrêter ».

Cette observation beaucoup de coachs peuvent la faire dans leur pratique : c’est paradoxale mais le changement fonctionne mieux quand il s’effectue inconsciemment. La raison est simple : toute personne qui souhaite changer en « luttant contre » s’engage dans une bataille homérique… Et qui se retrouve alors freiné ? Le changement lui-même ! 🙂 Il n’y a qu’au moment ou vous vous acceptez et que vous vous sentez accepté(e) que vous devenez un bon candidat pour changer ! Et cela s’applique aussi à votre organisation : mettre l’accent sur les dysfonctionnements du système ne fera que renforcer la résistance à celui-ci. Bref, la règle est simple mais souvent ignorée ! C’est pourquoi, dans un processus de coaching, le coach est là pour créer les conditions de votre acceptation. Il vous accompagne dans vos petits pas qui, biens dirigés, seront à l’origine de grands changements 🙂

Coacher votre arbre de vie.

Avez-vous déjà entendu parler de l’exercice de l’arbre de vie ? L’arbre de vie symbolise la croissance. Souvent pour faire le point, poser les choses ou encore faire des liens entre les situations, il peut-être utile d’en réaliser un dessin… Il s’agit d’ailleurs d’un support que j’utilise souvent pour amorcer un coaching ; car des racines aux branches, il vous permettra d’y voir plus clair !

Mais alors comment faire ? Et bien, commencez par les racines et la terre, symboliques de vos ressources, de vos forces et de vos valeurs mais aussi de votre entourage. Vient ensuite le tronc et les branches : espace de l’action où vous inscrirez respectivement vos compétences et vos réussites. Enfin le feuillage avec vos résultats et les fruits avec vos désirs, vos passions et vos rêves. Ajoutez-y juste à la cime votre vie une fois tout vos vœux accomplis ! Votre arbre vous permettra de porter un regard bienveillant sur vous et votre parcours mais aussi plus globalement sur ce que vous êtes. Pas besoin de savoir dessiner le plus important c’est ce que vous y mettez ! Bref, une nouvelle façon de prendre soin de vous et de vos projets !

« Je le savais » ! #coaching

Lors du dernier article, je vous parlais des biais cognitifs. Aujourd’hui je vous propose de revenir sur un de ces biais que j’observe lors de mes coachings : le biais rétrospectif ! Mais alors Kézaco ? 🙂

Lors de ce mécanisme, le cerveau cherche à rendre le présent cohérent avec le passé. Ce biais est une forme de déni du hasard et une réponse à notre besoin de contrôler la situation. Il m’est donc arrivé de me retrouver face à un coaché me disant: « Je le savais ! C’était évident » à propos d’un événement qui venait de lui arriver. En général ce réflexe intervient lors d’une annonce surprenante et inattendue : le cerveau reconstitue à posteriori la situation avec les nouvelles informations qu’il possède ce qui lui permet d’affirmer que cela n’aurait pas pu se passer autrement ! Et bien sûr nous… le croyons. Ce mécanisme vous empêche de tirer les enseignements d’une expérience en vous laissant l’illusion que vous pensiez (à tord!) savoir et vous empêche de voir le « nouveau » qui émerge ! Sans compter que le fait de connaître l’issue d’une situation vient déformer la perception du passé (vos souvenirs) et peut conduire à des erreurs de raisonnement. Bref… Vous ne pourrez plus dire que vous n’étiez pas prévenu 😉

5 biais cognitifs qui perturbent vos décisions …

Saviez-vous que nos décisions peuvent être influencées par des mécanismes de pensée inconscients, plus connus sous le nom de biais cognitifs ? Lors d’une prise de décision, il est important de tenir compte ces réflexes. S’attarder sur une première impression, donner trop d’importance à ce qui peut être dit, se conformer à la position du groupe en s’oubliant, octroyer plus de crédits aux jugements d’une autorité ou encore mettre ses idées en exergue sans prendre en compte la qualité des autres options… tels peuvent être les biais qui menacent vos prises de décisions. Alors, pour lutter contre ce mécanisme , rien ne vaut une bonne séance de coaching 🙂